Reliae, du récit... à la reliure

Reliae, du récit... à la reliure

Accessibilité pour tous

La première fois que je croise Pierre c'est dans un bus. Je le vois monter par l'avant, debout en appui sur son fauteuil roulant replié en deux, se diriger prudemment jusqu'au centre du bus et rester là debout. Un homme lui proposa de l'aider mais Pierre refusa. Arrivé à sa destination, après quelques échanges inaudibles, le chauffeur de bus fit descendre la rampe d'accès pour lui permettre de descendre plus facilement. Pierre dit "Ah ! Je pensais que vous n'aviez pas de rampe d'accès dans ce bus. Merci".

 

 

Je ne savais pas encore que Pierre militait pour l'accessibilité des personnes handicapées dans les transports public au travers de l'association Harcelons-les, association dont il est trésorier. 

 

Harcelons-les est une association créée le 14 janvier 2015 dont l'objectif est de "faire en sorte que la RTM (Régie des transports de Marseille) baisse les rampes d'accès dans les bus pour les personnes handicapées".

Pour Pierre, il s'agit aussi d'obliger les magasins à adapter leurs locaux et plus globalement de faciliter l'accès aux personnes handicapées pour les sortir de leur isolement.

 

            depositphotos_77867220-Stop-Disability-Discrimination.jpg                                             depositphotos_70310369-Disability-Discrimination.jpg

"A Toulouse dans les métro, il y a des ascenseurs."

 

Comment une personne en fauteuil peut-elle prendre le métro à Marseille ?

 

Dès le début de l'entretien, je réalise qu'il n'y a pas d'ascenseurs dans le métro Marseillais ! Il en faut bien plus pour décourager Pierre qui à l'habitude d'emprunter les escaliers et escalators du métro toujours de la même manière : le fauteuil replié devant lui, lui debout en appui derrière. Il m'a dit que souvent il y avait des gens qui lui proposaient de l'aider à descendre le fauteuil mais en cas de chute, ce qui lui est déjà arrivé, le fauteuil lui permet de ne pas se cogner la tête par terre !! Un vrai Kamikaze !!

 

             depositphotos_38783483-Bus-icon.jpg                                depositphotos_23016296-Access-ramp-for-disabled-persons-and-babies-in-a-bus.jpg     

 

Donner, recevoir dans les transports publics

Il me donne l'exemple d'un homme qui l'a aidé à descendre les escaliers du métro de Bougainville :

"Un homme m'a serré dans ses bras et après il ne m'a pas lâché jusque dans le bus. Après, j'ai vu une fille trop jolie à l'arrêt de bus. J'ai voulu ressortir pour lui parler et là le mec il m'a suivit. C'est un peu pénible parfois ! (...) Quelque part ça prive de liberté. Si la fille était là et que je veux lui offrir un café, c'est embêtant qu'il y ait un gars derrière."

 

 

             depositphotos_12053083-Escalator.jpg                                     depositphotos_48819235-Stairs-in-the-metro-of-city-Hamburg.jpg

 

 

Ça part d'une bonne intention mais la personne voulait en faire trop empiétant sur sa liberté.  

 

"Il y a beaucoup de dons sincères aussi. La majorité des personnes, presque tous m'aident et ne demandent rien en retour. Il y en a qu'un qui m'a demandé quelque chose et je lui ai donné mais j'ai regretté après."

 

"Même les fachos qui n'aiment pas avoir à faire avec des handicapées ou j'sais pas quoi. Ils comprennent au bout d'un moment qu'ils sont obligés de m'aider. Ils se sentent presque obligés de m'aider quand ils me voient descendre dans le fauteuil même si je ne leur demande rien. (...) On voit que l'autre à besoin alors. Après je ne sais pas peut être qu'il se dit que si je tombe et meurt devant lui, on va l'accuser de non assistance à personne en danger."

 

"Il y a aussi eu quelqu'un qui a fait don de sa personne, qui m'a aidé, et qui après m'a pris mon porte monnaie."

 

Donner et recevoir autour d'un café

 

               depositphotos_47329205-Beverage.-Cup-of-hot-drink-coffee-with-froth..jpg                                 depositphotos_95993822-Coffee-drink-coffee-beans.jpg

Est-ce que je peux vous offrir un café ?

 

Pierre s'est donné pour objectif pour surmonter sa timidité d'inviter une fille à boire un café au moins une fois par jour. Il me dit que ça ne marche pas beaucoup, la plupart des filles lui disent non. Depuis qu'il le fait "au maximum une cinquantaine de filles ont accepté".

 

Il pense que si les filles refusent c'est parce qu'elles pensent qu'il va leur demander de l'argent. Alors maintenant, il essaye de leur dire qu'il veut leur offrir un café.

 

Il sent une gêne et ça l'amuse de voir comment les filles réagissent. Il est conscient qu'il y a une sorte de code et que la fille préjuge de l'intention derrière cette proposition.

 

Un café revendu 0.50 Euros

Le don peut avoir un effet pervers me dit-il. Par exemple, les personnes handicapées à force que tout soit pris en charge, organisé, prévu pour elles, elles ne savent plus rien faire par elles-mêmes et deviennent "débiles" comme il dit.

 

"C'est comme si on t'enlevait ton libre arbitre. Ils ne se disent pas tient j'ai envie de boire un café mais ils attendent que quelqu'un leur en propose un."

 

Au début, c'était toujours Pierre qui proposait et payait les cafés de ses amis. Puis, il a commencé à instauré un système pour qu'ils participent au paiement de leur café : du coup il leur revend 0.50 € un café qu'il paye 1.50 €.

depositphotos_45668693-Cup-of-hot-drink-coffee-tea-cocoa-chocolate-etc.jpg

Occupez-vous de vous au lieu de vous occupez des autres !

Pierre me dit que des personnes de son entourage lui conseillent de s'occuper de lui plutôt que de s'occuper des autres. Parce qu'il se ferait avoir? Parce qu'il paye des cafés pour se faire des amis?

 

Peut-être mais toujours est-il que comme il le dit lui-même : "Depuis que je suis dans cette association, j'ai jamais été, ben ça fait longtemps en tout cas que je ne me suis senti autant entouré."

 

Il avoue qu'une première partie de sa vie d'adulte, il l'a passé à économiser l'argent qu'il recevait. "J'étais trop radin, je mettais toujours de côté, j'avais adopté un mode de vie le moins chère possible. (...) J'ai fait des études de comptabilité (...) alors que le taux d'épargne moyen des Français est de 20%, moi avec mes tout petits revenus à l'époque j'en étais à 40%."

"C'est l'argent que je dépense maintenant. Peut être qu'une fois que je n'aurais plus d'argent, les gens vont me fuir."

 

Ce qui lui fait le plus peur c'est de ne plus avoir de fauteuil roulant en état. Un fauteuil est remboursé une fois tous les trois ans, tous les ans si la personne travaille (un pour le domicile et un pour le travail). Mais pour Pierre même un par an ce n'est pas suffisant, il les casse très souvent !!

 

 depositphotos_7268220-Mann-in-wheelchair.jpg

 

Projet de récupération et réparation de fauteuil avec le collectif vélo en ville

Ils ont commencés à discuter de la possibilité de récupérer et réparer des fauteuils roulants avec le collectif vélo en ville (CVV). Le CVV récupère et met à disposition des outils et des savoir-faire pour que chacun puisse apprendre à réparer et entretenir son vélo.

La difficulté du projet avec le CVV, c'est la récupération et le stockage des pièces qui sont très différentes selon les fauteuils. Les pièces pour vélo sont plus ou moins standardisées ce qui n'est pas le cas des fauteuils roulants.

 

Merci Pierre.

 

Facebook : Changeons la RTM : https://www.facebook.com/amortlartm

Enregistrer



03/04/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres