Reliae, du récit... à la reliure

Reliae, du récit... à la reliure

Donner, recevoir : la base d'une relation équilibrée ?

Nous cherchons toutes et tous à avoir et maintenir des relations équilibrées avec notre entourage, que ce soit auprès de nos proches, dans nos relations professionnelles, amicales ou même de voisinage.

 

equilibre.jpg

 

Au contraire les relations déséquilibrées sont sources de souffrances, de malentendus, de tensions voir de conflits et de séparations.

 

Alors se pose la question de savoir ce qu'est et comment vivre des relations plus équilibrées.

 

Je trouve que le témoignage de Philippe Garric est une bonne introduction à la thématique. Je vous propose une retranscription de la vidéo qu'il a publié sur sa chaîne Youtube  (lien vers la vidéo) comme première base de réflexion sur le sujet.

 

Pour lui, c'est l'équilibre entre ce qui est donné et ce qui est reçu qui est la base d'une relation saine.

 

Il cite 6 raisons qui explique les déséquilibres dans les relations :

 

1. Je donne beaucoup trop - trop de temps, d'argent, de sacrifices...

 

2. Je donne mal, ce qui est donné ne correspond pas à ce que l'autre veut recevoir

 

3. Je donne pas assez, ne fait pas assez d'efforts, ou pas les efforts justes pour nourrir la relation

 

4. Je donne juste en quantité et qualité mais je ne permet pas à l'autre de me donner. Je suis celui/celle qui offre mais ne reçoit pas.

 

5. L'autre me donne mais je n'accepte pas ce qui m'est donné : "Merci", "il ne fallait pas"

 

6. Je ne me rend pas compte que l'autre est en train de me donner

 

déséquilibre.jpg

 

 

Il propose 4 causes possibles expliquant ces déséquilibres :

 

1. C'est comme si je n'étais pas légitime à être là ou je suis. J'ai donc tendance à faire beaucoup plus, créant un déséquilibre.

 

2. La peur de perdre (l'autre, son travail...), la peur de manquer. L'impression de vivre dans la pénurie. "Pas tant parce que ce travail me plaît, parfois il ne me plaît même pas, mais parce que si je n'ai pas ça, je n'ai plus rien."

 

3. Quelque chose de l'ordre de l'ignorance ou méconnaissance : il pensait par exemple que si sa compagne était la bonne personne, tout devait rouler, qu'il n'y avait pas d'efforts à fournir.

 

4. Je reproduis ce que j'ai vu faire, mes parents, d'autres salariés... alors que ce comportement n'est pas adapté à la personne ou à la situation en face de moi à ce moment là.

 

 

Lorsque l'on parle d'équilibre dans le donner et recevoir, il n'est bien sûr pas question de comptabiliser la valeur de ce qui est donné. Il parle plutôt d'équilibre subjectif, c'est-à-dire qu'il fait référence à notre senti.

 

La question à se poser alors est : "Est-ce que dans cette relation là, je me sens bien avec ce qui est donné et ce qui est reçu?"

 

- Si je me sens frustré(e), c'est peut-être parce que je ne reçois pas assez en qualité ou en quantité

- Si je sens un espèce de speed à l'intérieur, c'est peut être que je donne trop

 

Il se peut aussi que j'ai l'impression d'être dans un équilibre dans la relation entre donner et recevoir mais que mon partenaire n'ait pas cette impression là. En parler permet d'ouvrir un espace d'échange pour trouver ensemble une manière d'équilibrer le donner et recevoir dans la relation.

 

Selon son expérience, équilibrer le donner, recevoir, ce n'est pas du donnant/donnant qui consiste à penser que puisque j'ai donné ça, l'autre devrait me donner. Pour lui, ça ne peut pas marcher.

 

Alors comment équilibrer le donner et recevoir dans une relation saine ?

 

Pour que l'équilibre soit sain, il est nécessaire que tout ce qui est donné soit donné avec l'élan du cœur.

 

donner son coeur.jpg

 

"Je donne parce que je suis juste nourri de l'élan de donner, et que je ne donne pas pour avoir un merci, je ne donne pas pour que l'autre me rende, je ne donne pas encore une fois pour réparer quelque chose, compenser quelque chose. Je donne parce que j'ai juste l'élan de donner."

 

C'est l'élan mutuel de se donner ou pas qui va faire que soit la relation grandie de manière saine, de manière malsaine ou bien qu'elle s'arrête.

 

"Je n'ai donc rien à exiger de l'autre. Ce n'est pas parce que je lui donne qu'il doit me donner, je peux lui exprimer ma frustration, faire des demandes, lui indiquer des pistes sur ce qui permettrait pour moi de nourrir cet équilibre là."

 

Et de conclure, "Je ne peux pas exiger ça de l'autre si je souhaite une relation saine, une relation vivante."

 

Merci Philippe pour cette vidéo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer



02/03/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres