Reliae, du récit... à la reliure

Reliae, du récit... à la reliure

Donner, recevoir dans la bienveillance

Qu'est-ce qu'inspire la thématique "donner, recevoir" aux membres du groupe de communication bienveillante des Colibris de Marseille ?

 

Le mouvement Colibri a été impulsé en 2007 par Pierre Rabhi avec pour mission "d'inspirer, de relier et de soutenir les citoyens engagés dans une démarche de transition individuelle ou collective."

 

          depositphotos_30177493-Vector-image-of-an-hummingbird.jpg                                  depositphotos_19160827-Rainbow-humming-bird-with-violet-orchids.jpg

 

Le colibri c'est ce petit oiseau qui selon la légende décide de faire sa part en jetant quelques gouttes d'eau avec son bec pour éteindre un immense incendie de forêt alors que les autres animaux restent immobiles. Les Colibris sont donc toutes ces personnes qui ont décidé de faire leur part, de contribuer à leur échelle et selon leurs moyens à construire une société plus écologique et plus humaine.

                                           

Au sein des colibris de Marseille, il y a plusieurs groupes dont celui de communication bienveillante ou CNV (communication non-violente) méthodologie élaborée par le psychologue Marshall B. Rosenberg (cf : références et liens à la fin de l'article).

 

 

 

                  colibri.jpg                     depositphotos_30177621-Hummingbird.jpg

 

L'objectif du groupe est de créer un espace d'échange et de mise en pratique des outils et concepts de la CNV pour améliorer la communication de chacun et établir des relations bienveillantes envers soi-même et les autres.

 

Les rencontres du groupe viennent tout juste de reprendre après quelques mois d'interruption à l'initiative de Claire qui nous accueille chez elle pour l'occasion.

 depositphotos_7685553-Communication-symbol.jpg

 

Les échanges ont été très riches. J'ai essayé d'en retranscrire l'essentiel, complété par les différents enregistrements sonores pris lors de la discussion.

 

Ce qui a été dit tout d'abord c'est que donner, ça fait du bien, c'est valorisant. La société reconnaît le don comme quelque chose de bien, il faut donner, c'est gratifiant. Et même, nous avons tendance à culpabiliser lorsque nous avons le sentiment de ne pas donner assez ou pas autant que les autres.

 

Souvent les personnes que j'interroge commencent par dire comment elles donnent ou pas. C'est comme si nous devions justifier de notre capacité à donner. Par contre peu parle spontanément de recevoir.

 

Pour Marchall B. Rosenberg recevoir avec grâce est pourtant le plus beau des cadeaux.

 

 

 

1. La difficulté de recevoir

 

C'est parfois compliqué de recevoir parce que l'on se sent honteux, parce qu'on ne pense pas mériter cette attention, parce que l'on a pas l'habitude et qu'on ne sait pas comment réagir ou bien parce que l'on pense que l'autre donne sous la contrainte. Pourtant, lorsque quelqu'un me donne quelque chose, ça contribue à combler mon besoin de reconnaissance mais aussi à celui qui donne.

 

 

 

"J'ai l'impression qu'on ma formaté ou j'ai appris dans la vie que rien n'est vraiment gratuit. Ce n'est pas qu'il y a une intention derrière mais les bonnes choses ça n'arrive pas tout seul. Il y a un truc en moi vraiment assez endurci. Si tu veux un truc il faut batailler, il faut que ça soit dure, sinon tu n'auras pas quoi. Et du coup quand il y a quelque chose qui tombe du genre tient ça c'est pour toi, il y a comme un bug en fait. (...) Ça ne marche pas dans la logique de ce monde."

 

 

2. Donner, recevoir selon la relation

 

Souvent donner ou accepter de recevoir dépend de la relation que l'on entretien avec la personne. Le don vient d'une personne qui a une intention. Lorsque je reçois, j’ai tendance à interpréter cette intention qui peut ne pas coller à celle de l'autre. Tout dépend de la relation, du contexte, de la manière de donner et de la confiance réciproque ou non.

 

 

Quelques exemples ont été donné (écouter l'enregistrement ci-dessus) illustrant la difficulté de recevoir selon la personne et le contexte. Il apparaît plus facile de recevoir d'un proche que d'un inconnu, en tout cas d'une personne que l'on côtoie (exemple de la voisine) et donc avec qui des échanges de services ont déjà eu lieu. Parfois, la personne préfère que l'échange soit plus formalisé (exemple du système d'échange local) peut être pour ne pas se sentir redevable, en dette.

 

Mais "donner, recevoir c'est aussi savoir demander, c'est encore plus difficile de demander !"

 

Dans notre société, "il ne faut pas paraître profiteur", c'est mal vu.

 

 

Dans le documentaire "Vers un monde altruiste" réalisé par Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, des chercheurs démontrent que des enfants voir de très jeunes enfants vont naturellement rendre service aux adultes lorsque ceux-ci en ont besoin. Ils abandonnent ce qu'ils font pour lui venir en aide sans qu'elle ne leur demande explicitement. A partir du moment ou l'enfant en question est récompensé pour son geste, il n'aidera plus de manière si naturelle et désintéressée par la suite. La gratification casserait son élan naturel.

 

Ce documentaire illustre bien cette propension naturelle de l'humain à aider son prochain tout en démontrant que c'est l'environnement dans lequel évolue l'enfant qui favorise ou inhibe cette capacité naturelle. Ce serait donc la société qui ferait que l'homme est un loup pour l'homme !

 

"Je crois qu'on nous a pas assez dit merci pour ce qu'on est, on nous a trop dit merci pour ce qu'on fait. Sauf qu'à être on est dans l'élan."

 

 depositphotos_56252393-Gratitude-Attitude.jpg

 

3. La contagion du don

 

Le don peut être contagieux. Lorsqu'un personne nous donne, on aura tendance à vouloir donner à notre tour, pas forcément à la même personne et de la même manière. L'exemple de la porte dans le métro ou ailleurs : Si quelqu'un vous tient la porte, vous aurez le réflexe de regarder derrière s'il y a une autre personne à qui tenir la porte à votre tour et ainsi de suite...

 

 

 

Il y a aussi l'exemple des roses distribuées lors de la journée internationales des personnes âges par les bénévoles de l'association les Petits Frères des Pauvres. Ceux-ci donnent des roses aux passants dans la rue pour que ceux-ci puissent les apporter à leur tour à une personne âgée de leur entourage et ainsi contribuer un peu à sortir ces personnes de leur isolement.

 

4. Le don désintéressé

 

Est-il possible de donner de manière totalement désintéressée ?

 

Vera nous explique que dans sa pratique Bouddhiste, elle s'exerce à l'altruisme en cherchant à faire plaisir aux autres, à être attentif à leurs besoins et à agir sans qu'ils ne sachent que cela vient d'elle. Écoutez plutôt :

 

 

Dans sa pratique, elle apprend à donner de manière altruiste mais ne connaît pas l'équivalent pour recevoir. Ce serait pourtant intéressant d'apprendre à recevoir, à accueillir ce qu'on nous donne pleinement pour ce que c'est sans arrière pensée, observer seulement ce que ça provoque en soi.

 

5. Le don de chacun, le don de soi

 

C'est le don de chacun, son chemin, son talent, sa contribution au monde. Le talent d'une personne, "c'est ce qui lui a été donné et ce qu'elle peut donner à son tour".

 

 

Est donné l'exemple des artistes de spectacles de rue. Le jour ou l'artiste n'est pas bien, le spectacle ne sera pas bon, il faut qu'il soit ouvert à l'échange, qu'il soit capable d'accueillir le public, la masse. Par contre, il ne s'agit pas de quelque chose que l'artiste a et donne mais plus d'une circulation d'énergie qui passe par l'artiste et le public.

 

depositphotos_6361963-Happy-summer-kid-singing.jpg

 

"C'est un espèce de cercle vertueux. C'est-à-dire qu'à partir du moment ou tu es dans cette ouverture au monde et bien ça te revient forcément."

 

"Lorsqu'une personne est généreuse dans son être et qu'elle donne, forcément à un moment donné ça va lui revenir, pas forcément par les mêmes personnes et au même moment, mais un jour ça revient, c'est évident."

 

Et puis "lorsque tu es dans cette ouverture là c'est bien plus facile ensuite d'accepter de recevoir les cadeaux qui se présentent dans ta vie."

 

 

Merci à tout-e-s pour la richesse de ces échanges.

 

 

---

 

http://www.colibris-lemouvement.org/

http://www.colibris-lemouvement.org/agir/guide-tnt/utiliser-la-communication-non-violente-dans-un-groupe

 

"Les mots sont des fenêtres" Marchall B. Rosenberg

http://www.cnvformations.fr/index.php?m=1

 

Documentaire "Vers un monde altruiste", Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade

http://www.viadecouvertes.fr/realisations/la-revolution-altruiste/

 

 

 

Enregistrer



13/04/2016
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres