Reliae, du récit... à la reliure

Reliae, du récit... à la reliure

Don suspendu

Avez-vous déjà consommé un café suspendu ?

 

Ce principe de tradition Napolitaine est très simple : « permettre de payer un café qui reste en attente et qui sera consommé plus tard ou à l'inverse de consommer un café qui a été offert par quelqu'un. »

 

Agathe nous présente les activités de l'association Café Suspendu.

 

« Aujourd'hui le but c'est de pouvoir échanger, partager, développer l'altruisme, le mieux vivre ensemble, une autre façon aussi de consommer, c'est-à-dire de consommer quelque chose qu'on a pas forcément payé ou payer quelque chose qu'on ne consomme pas forcément. »

 

couleur carte cafe suspendu cafe debout - Copie.jpg

 

C'est à partir de 2013 que le principe se répands à travers les réseaux sociaux dans toute l'Europe avec le mouvement des indignés et en 2014 que l'action commence à se structurer et se formaliser avec la création de l'association basée à Marseille.

 

« L'idée c'est vraiment que le café suspendu soit pour tous le monde, il y a beaucoup eu cette image que les cafés suspendus c'était pour les SDF, c'était pour les pauvres, c'était pour les plus démunis, c'était pour les sans abris. Et ça, en fait, ça dessert pas mal l'image du café suspendu parce que du coup personne n'ose consommer. Parce qu'en partant de ce principe, il y a toujours plus pauvre que soit. En fait, l'idée du café suspendu c'est que ça répond à un besoin de lien social et non à un besoin financier. »

 

couleur barista restaurant cafe devanture.jpg

 

 

Les personnes qui sont en difficulté ou dans une situation financière vulnérable auront d'autant moins de mal à prendre un café suspendu à partir du moment ou tous le monde en prends indépendamment de sa situation financière. Elles ne se sentiront pas à part ou privilégiées ou assistées. L'idée est vraiment de mettre tout le monde sur un même pied d'égalité.

 

Il s'agit de faire venir dans ces lieux de forte sociabilité des gens qui en sont éloignés, pas nécessairement parce qu'ils n'en ont pas les moyens, ça peut être aussi parce qu'ils ne le font plus, qu'ils n'osent plus ou qu'ils n'ont pas forcément la personne avec qui y aller. L'association cherche à lever ces biais et à renforcer le tissu de commerce de proximité, de vie locale de quartier.

 

Pourquoi un don différé ? 

 

C'est pour l'association le point de départ le plus simple bien qu'elle est en constante évolution et questionnement. Il y a des gens qui n'ont pas forcément envie que ça se sache qu'ils donnent ou qu'ils reçoivent, il y en a d'autres qui ont envie de communiquer dessus. L'idée est d'ouvrir les possibilités pour tous le monde sans que ça soit exclusif.

 

Dans cette optique, l'association est en train de développer un outil à travers une carte et les réseaux sociaux afin de laisser la possibilité aux donneurs et receveur d'échanger et partager leurs expériences, pour informer qu'ils ont payés un café en attente à tel endroit ou remercier pour le café qu'ils ont reçu...

 

Elle est en train de réfléchir à la mise en place d'un Happy Hour du café suspendu pour permettre de partager un café suspendu directement et ainsi faciliter le lien social. 

 

depositphotos_35606351-Happy-hour.jpg

 

"C'est dans les lieux avec une population assez brassée que ça marche le plus."

 

Pourquoi est-ce plus difficile de donner que de recevoir même si on a pas forcément toujours les moyens ? 

 

« On cherchait les termes la dernière fois, est ce que c'est de la culpabilité de recevoir, est ce que c'est de la gêne, du malaise est ce parce qu'on se sent redevable. On essaye de se poser la question sur pourquoi on a du mal à recevoir un don, quelque chose qui est offert. Pour lever ce biais on part du principe que ça tourne. Oui aujourd'hui tu prends un café que quelqu'un ta offert mais demain c'est toi qui l'offrira. (...) En fait ,c'est pour tous le monde, je prends, je donne, je reprends, je redonne. L'idée c'est que ça tourne et que dans cette confusion il n'y ai plus de donneur et de receveur mais qu'on soit tous sur le même pied d'égalité. Je pense que c'est un grand exercice car on n'est pas habitué à recevoir et encore moins à consommer quelque chose qu'on a pas payé."

 

Le Café suspendu et Festidoni se retrouvent complètement sur cette idée là ; permettre la solidarité et le partage tout en permettant à tous de rester sur un même niveau peut importe son origine ou sa situation.

 

"On se retrouvent complètement dans l'idée de Festidoni.(...) On est tous sur le même pied, on peut tous s'entraider à notre façon, on peut tous un jour ou l'autre être en difficulté, on peut tous un jour ou l'autre sortir de l'eau aussi. Il faut juste être humain et tolérant."

 

 "Moi je le vis comme ça aussi, je me suis déjà posé la question et moi même je dois me faire un peu violence aussi, c'est pas naturel. J'essaye de plus en plus de m'ouvrir à ça, d'accepter de recevoir certaines choses. Je pense que c'est vraiment un cheminement mental qu'il faut modifier."

 

 

Comment est-ce que l'association fait pour implanter ce principe ? 

 

L'association développe le concept et des outils et vend un label auprès de différents établissements ; commerces, cafés, bars, restaurants, hôtel restaurants, boulangeries, snacks. Le principe ne se développe pas seulement pour le café mais aussi pour les baguettes de pain, les croissants, les plats cuisinés, barquettes de frite, parts de pizza, sandwichs...

             depositphotos_5534154-Croissant-Breakfast.jpg                      pizza.jpg             depositphotos_9328074-Baguette.jpg


 

Le label comprend un kit d'échange, un autocollant en vitrine, un présentoir, des cartes Café Suspendu à gratter qui concrétisent le don. L'association fait beaucoup de communication (internet, réseaux sociaux, campagne de communication, radio, presse écrite et communication dans les établissements) en rendant visible leurs partenaires et en informant sur la démarche.

 

L'association vend le label à 200 € par an avec le kit et un nombre de carte illimité en plus de la communication.

 cafe suspendu.jpg

Actuellement en phase de déploiement national avec une 3oène de structures partenaires dans toute la France, ils travaillent beaucoup avec des ambassadeurs qui contact l'association pour développer l'initiative dans leur ville ou sur leur territoire soit en les formant ou en leur donnant les outils.

 

Au début, c'était l'association qui allait vers les établissements pour leur proposer le concept alors qu'aujourd'hui il y a un retour dans l'autre sens, il y a de plus en plus de gens qui viennent vers eux et qui sollicite l'installation d'un café suspendu que ce soit de la part d'établissements ou de citoyens.

 

"On sent qu'il y a un engouement, une vrai envie. Je le traduit comme une vrai envie qui est aussi liée à ce besoin de mieux vivre ensemble, de partage collectif, de solidarité et de passer ces barrières de méfiance et de l'inconnu."

 

Merci Agathe de partager avec nous cette belle initiative.

 

Site internet de l'association : http://www.cafe-suspendu.com/#accueil

 

Enregistrer



27/04/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres